Qui est-il ?

Vincent Devaux a une formation de philosophe. S'il acquit durant sa jeunesse l'habilité manuelle et qu'il découvre l'importance de l'usage des techniques pour la libération du corps, cela se fait au travers d'une soif d'apprendre et d'un goût immodéré pour la lecture. La lecture lui a révélé le monde et l'a révélé au monde. La suite de son parcours fut à l'avenant, entre découverte de techniques et goût pour la contemplation intellectuelle. Il entreprit d'abord des études d'architecture du paysage à Gembloux, qui conciliaient pratiques artistiques et connaissances techniques. Il s'investit ensuite pour un temps dans une petite organisation politique. Au sein d'un mouvement de gauche, il participe notamment à diverses tâches au sein de la rédaction d'un journal engagé. Parallèlement mais également indépendamment, il pris part à des mouvements urbains et participe à la mise en place de mouvements pour le droit de minorités. Il s'engage notamment dans un mouvement citoyen de lutte contre l'implantation d'un centre commercial dans sa région, participant au développement d'une expertise urbanistique citoyenne.
Par la suite et sur le tard, il reprit des études de philosophie à l'Université de Liège. Il a d'abord suivi un cursus de philosophie morale et politique, avant que de se spécialiser en métaphysique et théorie de la connaissance. Il a plus spécialement étudié la pensée du philosophe médiéval Guillaume d'Ockham et celle de Hegel, philosophe de l'Aufklärung ( Lumières allemandes ). Ce parcours l'a conduit à travailler au sein de l'enseignement, d'abord comme professeur de cours à teneur philosophique et à expérimenté la pratique de petits cercles de lecture de textes philosophiques
Il explore désormais de nouvelles voies possible de pratiquer la philosophie dans la Cité, au travers du réseau de l'éducation permanente . . Il lui arrive de s'investir dans la question urbanistique au travers d'une approche de l'écologie urbaine découlant de la sociologie de l'Ecole de Chicago et du pragmatisme de William James. Enfin il opte pour un travail de recherche sur le longs cours, sur différents objets d'études.